Patria de Fernando Aramburu

Les nationalistes de l'ETA ont décidé de ne plus tuer, et Bittori de rentrer au village, près de San Sebastian, où a vécu sa famille et où son époux a été assassiné pour avoir tardé à acquitter l'impôt révolutionnaire.
Ce même village où habite toujours Miren, l'âme soeur d'autrefois, de l'époque où le fils aîné de celle-ci, activiste incarcéré, n'avait pas encore de sang sur les mains - y compris, peut-être, le sang du Txato. Or le retour de la vieille femme va ébranler l'équilibre de la bourgade, mise en coupe réglée par l'organisation terroriste. Des années de plomb du post-franquisme jusqu'à la fin de la lutte armée, Patria s'attache au quotidien de deux familles séparées par le conflit fratricide, pour examiner une criminalité à hauteur d'homme, tendre un implacable miroir à ceux qui la pratiquent et à ceux qui la subissent.

Un roman digne des plus grandes sagas familiales, une plongée dans le pays basque espagnol où le pardon et l'oubli ne sont pas choses faciles.

"Patria" de Fernando Aramburu, ed. Actes Sud, 25€

Commentaires