dimanche 26 janvier 2014

Le bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun

 
En 2000, à Casablanca, un homme victime d'un AVC est alité dans une chambre. Dépendant des autres pour le moindre geste, il est aidé dans son quotidien de deux hommes qu'il surnomme les jumeaux. Confronté à l'immobilité, il se replonge dans ses souvenirs. Nous voilà en 1986 à Paris, l'homme a une trentaine d'années, il est peintre. Jusqu'alors, il se consacrait essentiellement à son travail et profitait de son charisme pour aligner les conquêtes. Mais cette année là, il rencontre sa future femme, une jeune fille de 10 ans sa cadette. Très rapidement, le couple s'installe dans une petite maison parisienne et vit ses deux plus belles années. Deux enfants et quelques années plus tard, leur relation se dégrade considérablement et c'est une longue descente aux enfers qui commence...


Reposant sur deux parties, le roman de Tahar Ben Jelloun nous offre deux points de vue opposés sur l'histoire d'un couple. L'auteur s'attache, dans un premier temps à nous présenter ce mariage du côté du mari. Au gré des souvenirs du peintre, nous revenons sur les évènements qu'il considère comme majeurs dans leur histoire mais également sur des détails insignifiants du quotidien. Puis, c'est au tour de la femme de proposer sa version des faits. Et si quelques éléments semblent coïncider, nous nous retrouvons, la majeure partie du temps, face à deux interprétations contradictoires. On ne peut s'empêcher de prendre parti pour l'un, de s'enflammer contre l'autre mais l'auteur nous rattrape, nous bouscule, nous fait douter. 
 
Le bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun aux éditions Folio, 7,40€.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire