vendredi 26 avril 2013

Une terre si froide d'Adrian McKinty


Quelques jours après la mort de notre "chère et tendre" Margaret Thatcher, nous voilà bien inspirés dans nos lectures avec le dernier Adrian McKinty.

Petit retour en arrière : 1981, Bobby Sands vient de mourir. Il sera le premier d'une longue série de grévistes de la faim. Parallèlement, le pape Jean-Paul II survit à une tentative d'assassinat ... Autant dire que l'ambiance n'est pas au beau fixe entre catholiques et protestants.

A Carrickfergus, petite ville protestante située au nord de Belfast, Sean Duffy, un de ses très rares flics catholiques, est appelé sur les lieux d'un crime. Un homosexuel notoire est retrouvé mort, une main coupée... suivi d'un autre... Assisterait-on à la naissance du premier serial killer de l'Irlande du Nord?

On aimait déjà beaucoup la collection "La Cosmopolite", on ne pouvait qu'adorer la "cosmopolite noire"! Sublime couverture et sublime traduction!
Adrian McKinty retranscrit admirablement l'histoire d'un pays à la fois tragique et fascinante. Il nous immerge complètement dans l'insécurité et la tension ambiantes. L'auteur n'en perd pas moins son sens de l'humour et fait mouche avec ses dialogues percutants. Bonne lecture et God save the Queen!

Extrait :

"Belfast, ville perdue. Avec ses usines en ruine, ses pubs incendiés, ses clubs à l'abandon. Ses boutiques barrées de grilles antibombes. Ses postes de contrôle, ses postes de fouille. Ses commissariats de police aux murs blindés.
Voitures cabossées. Voitures désossées montées sur briques.
Chiens errants. Graffitis sectaires. Fresques de paras cagoulés.
Maisons murées, détruites par les bombes incendiaires. Maisons sans yeux.
Fenêtres brisées, miroirs brisés.
Des enfants qui jouent sur des tas d'ordures et dans les cratères des bombes, qui rêvent d'être n'importe où, mais ailleurs.
L'odeur de la tourbe et du gasoil, et des cinquante mille cordons ombilicaux de fumée noire unissant la cité grise au ciel gris." 


Une terre si froide d'Adrian McKinty aux éditions Stock, 21,50€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire